Bridge dentaire : avantages et inconvénients

La perte de dents est un problème récurrent, qui touche de nombreuses personnes, et pour des raisons diverses. La solution préconisée consiste à poser une ou des prothèses, pour remplacer les dents manquantes, et redonner à la personne ses capacités de mastication et de parole.

Implant, bridge, couronne, plusieurs solutions sont envisageables, en fonction des cas et en concertation avec le chirurgien-dentiste. Le bridge dentaire est présenté comme un choix moins invasif, moins onéreux et qui présente moins de contre-indications que l’implant. C’est une prothèse composée de plusieurs couronnes collées les unes aux autres, qui se fixe en prenant appui sur deux dents piliers.

Cet article présente un tour d’horizon sur les avantages, inconvénients, indications, et coûts des bridges dentaires.

Qu’est-ce qu’un bridge dentaire ?

Un bridge, qui signifie pont en anglais, est une prothèse dentaire qui permet de remplacer des dents manquantes en formant un pont entre deux dents. Le bridge prend appui sur des dents piliers, qui sont généralement dévitalisées avant.

Plusieurs matériaux peuvent être utilisés dans la fabrication des bridges, comme le métal ou la céramique. Le bridge dentaire peut être fixé ou mobile.

Le scellement du bridge se fait à l’aide d’un ciment, après l’avoir asséché et isolé de la salive.

Le bridge dentaire conventionnel fixé

Le bridge conventionnel est fixé sur des dents piliers qui sont préparées à l’avance pour être parallèles entre elles. Les rétentions des ancrages sur les deux piliers doivent être équivalentes pour que les forces appliquées ne finissent pas par desceller l’une des dents.

Les dents piliers doivent être préparées en réduisant leur taille pour pouvoir poser le bridge. Pour cela, elles sont meulées sous anesthésie, avant de prendre leur empreinte et de l’envoyer chez un prothésiste.

Le bridge dentaire amovible

Le bridge amovible est semblable au bridge conventionnel, mais il est posé de manière à pouvoir être retiré par le patient. C’est une prothèse partielle maintenue à l’aide d’attachements de précision, qui permet de remplacer les tissus mous en recouvrant le palais ou la crête alvéolaire.

Ce type de bridge est rarement prescrit, à cause de sa difficulté de mise en place.

Avantages du remplacement de dents manquantes par un bridge

Le bridge dentaire présente de nombreux avantages.

  • Il ne nécessite pas de traitement invasif et ne présente pas de risques de rejet.
  • Les patients qui ont des bridges sont moins sujets aux maladies parodontales que les personnes ayant bénéficié d’un implant.
  • Le bridge rend aux personnes ayant perdu quelques dents leur aptitude à manger.
  • Le remplacement de dents par des bridges améliore l’esthétique et facilite la parole.
  • Le bridge permet de rendre au visage sa dimension verticale, et évite l’effondrement occlusal.
  • Le bridge est une très bonne alternative à l’implant, quand celui-ci n’est pas recommandé. C’est le cas des personnes diabétiques, ou qui ont des problèmes de circulation sanguine.
  • La durée de vie d’un bridge est de 10 à 20 ans, il est résistant et durable. Sa longévité dépend de la qualité du matériau utilisé, de l’hygiène bucco-dentaire et de la taille du bridge.

Inconvénients des bridges dentaires

La pose d’un bridge dentaire n’est pas sans inconvénients.

  • Les dents piliers sont souvent des dents saines, et elles doivent être meulées en éliminant d’importantes quantités de tissus sains, d’émail et de dentine. Cette opération est totalement justifiée, mais elle ne doit pas être prise à la légère.
  • Les bridges présentent des risques de petites fuites et de caries, car à l’inverse de l’implant, le bridge n’est pas ancré à la mâchoire.
  • Le bridge ne stimule pas l’os lors de la mastication. Avec le temps, la mâchoire peut donc se rétracter et se déformer à cause d’une perte osseuse, d’où un risque de déchaussement des dents.
  • Les dents adjacentes peuvent être fragilisées et leur durée de vie peut être réduite.

Existe-t-il des contre-indications ou des risques d’échec ?

Quand un bridge est conçu et exécuté de manière correcte, les risques d’échec sont minimes.

Il faut cependant savoir que certaines personnes présentent un descellement intempestif. Le praticien doit alors recoller le bridge à chaque fois. Le décollement est du aux forces exercées lors de la mastication, surtout quand il n’y a pas assez de dents piliers.

Généralement, les bridges et les dents piliers ne s’usent pas, l’échec peut venir d’un incident imprévu, d’un traumatisme ou d’une maladie évolutive.

Il existe certaines contre-indications, qui sont des situations où le dentiste est dans l’impossibilité de poser un bridge. C’est le cas quand une des dents piliers est infectée, ou quand une racine est trop courte, ou alors quand le patient souffre d’une maladie parodontale.

Il est également difficile de poser un bridge si les dents manquantes sont trop nombreuses ou si le patient n’a pas de dents adjacentes à celles qu’il doit remplacer.

Coût et prise en charge par l’assurance maladie

Les prothèses dentaires qui figurent sur la liste des actes et prestations remboursables sont prises en charge à hauteur de 70%. Si le patient possède une mutuelle, elle peut éventuellement rembourser la différence, selon les garanties choisies par le patient. Découvrez-en plus sur le remboursement des prothèses dentaires.

Le bridge est un traitement personnalisé, créé par le dentiste et le prothésiste sur-mesure. Comme toute réalisation individualisée, cette prestation possède un coût non négligeable. Le prix du bridge dépend du nombre d’éléments qui le composent, du type de bridge choisi, des honoraires du médecin et du matériau utilisé.

A titre d’exemple, un bridge de 4 éléments (2 dents piliers et deux dents intermédiaires) peut coûter entre 2000 et 2500 euros.

En conclusion, le bridge dentaire est une excellente solution en cas de perte de dents, à condition de respecter certains impératifs.

Le dentiste doit en effet respecter les règles de préparation, et choisir judicieusement les associations des moyens d’ancrage. Le prothésiste dentaire doit respecter le cahier des charges en ce qui concerne la mise en œuvre des matériaux. Enfin, le patient doit rendre visite régulièrement à son dentiste, pour vérifier les contacts, et assurer une maintenance du bridge. Il doit également respecter une hygiène bucco-dentaire stricte.

Author: Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.