Certains patients paient un prix cher en recherchant une chirurgie plastique bon marché à l’étranger

À la recherche d’une intervention de chirurgie esthétique qui pourrait être moins coûteuse que le tarif en vigueur aux États-Unis, une femme de 43 ans s’est rendue en République dominicaine pour une “plastie abdominale”.

Au lieu de cela, elle a obtenu des plaies ouvertes massives et une infection résistante aux antibiotiques qui l’ont finalement laissée avec un abdomen déformé.

Et son histoire est loin d’être unique. Selon les experts médicaux, cette histoire devrait servir d’avertissement aux Américains qui se rendent à l’étranger pour bénéficier d’une chirurgie plastique moins coûteuse, mais qui se rendent compte qu’ils jouent avec les dés lorsqu’il s’agit de leur sécurité.

La raison ? Des complications et des infections rares résultant de soins de qualité inférieure prodigués par des médecins et des établissements étrangers peu qualifiés et insuffisamment réglementés.

“Nous avons étudié les procédures cosmétiques, celles qui ne sont pas couvertes par l’assurance médicale”, explique le Dr Dennis Orgill, auteur principal de l’étude. “Les gens sont motivés par le coût, et dans certains cas par des questions culturelles. Il existe de nombreux sites Internet qui font de la publicité pour ces procédures. Et le coût initial de ces procédures dans les pays en développement est nettement inférieur.

“Certains chirurgiens de ces pays sont excellents”, ajoute M. Orgill, “mais il est parfois difficile pour les patients de faire la différence en regardant sur Internet.” Et c’est cette incapacité à vérifier correctement les services, les prestataires et les réglementations internationaux qui, en fin de compte, donne lieu à “un vaste problème de santé publique”, a-t-il averti.

M. Orgill est directeur médical du Wound Care Center du Brigham and Women’s Hospital à Boston. Lui et ses collègues ont présenté leurs conclusions dans le numéro d’avril de la revue Plastic and Reconstructive Surgery.

À la suite de plusieurs cas de chirurgie plastique bâclée en République dominicaine, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies et le département d’État américain ont émis des alertes mettant en garde les patients américains contre ce pays.

Cette inquiétude a été confirmée par l’examen récent de 78 patients (presque tous des femmes) qui avaient demandé des soins au Brigham and Women’s à la suite d’une chirurgie esthétique à l’étranger entre 2010 et 2017 : les trois quarts avaient subi des interventions en République dominicaine.

L’examen a également permis d’identifier d’autres destinations problématiques de “tourisme médical”, la Colombie et le Brésil arrivant en tête d’une liste comprenant le Mexique, le Venezuela, l’Argentine, le Salvador, la Chine, la Syrie et la Turquie.

Tous les patients étaient des résidents américains (âge moyen 43 ans), bien que beaucoup soient nés dans le pays où ils ont choisi de retourner pour être opérés. Plus de 60 % dépendaient de Medicaid comme assurance américaine.

Environ 45 % avaient subi une abdominoplastie. Un tiers d’entre elles ont eu recours à une augmentation mammaire. Les autres interventions comprenaient un lifting ou une réduction des seins (17 %), une liposuccion (13 %) ou des injections de substances étrangères telles que du silicone (près de 20 %). Environ un quart des femmes ont subi plusieurs interventions.

Après les interventions, près de 10 % des patients ont eu recours à une chirurgie esthétique corrective au Brigham and Women’s. Environ 18 % ont souffert d’infections graves, 18 % de douleurs persistantes, 8 % de cicatrices, 15 % de plaies non cicatrisées et 5 % de tissu cicatriciel interne dans le sein. D’autres problèmes ont été constatés, notamment des hernies, des intestins perforés et des implants rompus, selon les auteurs de l’étude.

Huit patientes ont dû subir des interventions d’urgence aux urgences de l’hôpital.

Une femme de 59 ans a connu une insuffisance rénale et a développé des hernies multiples à la suite d’une liposuccion abdominale, également pratiquée en République dominicaine.

Orgill et ses associés ont conclu que l’American College of Surgeons et/ou l’American Society of Plastic Surgeons (ASPS) devront peut-être élaborer des directives pour s’attaquer au problème du tourisme en chirurgie plastique. De telles directives n’existent pas encore.

Le Dr Jeffrey Janis, président de l’American Society of Plastic Surgeons, a souligné que, lorsque l’on souhaite avoir recours à la chirurgie plastique, il est important de vérifier à la fois le médecin et l’établissement.

“L’ASPS ne vous permet pas de devenir membre si vous n’avez pas suivi un programme de formation rigoureux dispensé par le Conseil des chirurgiens plasticiens, qui atteste que vous avez été bien formé et que vous pouvez pratiquer la chirurgie plastique en toute sécurité”, a-t-il déclaré. “Donc, si vous allez en dehors des États-Unis, vous devez vraiment chercher quelqu’un d’aussi qualifié.

“Et vous ne voulez pas non plus que la chirurgie plastique soit pratiquée dans une grange, un sous-sol ou une tente”, a ajouté M. Janis. “Je n’invente pas ces scénarios. Cela arrive.”

Janis a ajouté que “cela ne veut pas dire que si vous voyagez en dehors des frontières des États-Unis, vous prenez votre santé en main. Ce n’est pas juste. Il y a beaucoup de médecins très qualifiés dans le monde qui peuvent effectuer des procédures. La question est de savoir si le patient a fait ses devoirs pour savoir dans quoi il s’engage.”

Author: Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *