Tout ce que vous devez savoir sur les interventions non chirurgicales sur le nez

Si l’on en croit les médias sociaux, les rhinoplasties non chirurgicales sont plus demandées que jamais. Autrement connue sous le nom de rhinoplastie liquide, les esthéticiens et les passionnés de beauté la présentent comme une procédure assez standard, ne prenant que 15 minutes pour modifier temporairement la forme du nez. À l’heure actuelle, il est difficile de parcourir certaines applications sociales sans tomber sur d’innombrables vidéos virales et photos avant-après illustrant les résultats.

La procédure est particulièrement populaire sur TikTok, où le hashtag #nonsurgicalnosejob a été vu 16,4 millions de fois, la génération Z en particulier s’extasiant sur les résultats instantanés. Les utilisateurs de TikTok montrent à leurs followers à quel point l’intervention est facile, indolore et “abordable” (par rapport à une rhinoplastie). Mais alors que le “tweakment” (dont le prix peut commencer à 400 dollars au Canada) continue de gagner en popularité, les risques et les conséquences possibles à long terme associés aux rhinoplasties non chirurgicales sont souvent totalement ignorés – alors que nombre d’entre eux sont dangereux et peuvent changer la vie.

Qu’est-ce qu’une rhinoplastie non chirurgicale et que se passe-t-il pendant l’intervention ?

“La rhinoplastie non chirurgicale (NSR) consiste à utiliser des produits de comblement dermique pour augmenter la forme du nez sans avoir recours à la chirurgie”, explique le Dr Dianni Dai, médecin résident au Rejuv Lab London. Contrairement à la rhinoplastie chirurgicale, aucun os ou cartilage n’est retiré pour remodeler la zone. Un produit de remplissage à base d’acide hyaluronique est utilisé à la place pour ajouter du volume, imitant les effets d’une rhinoplastie. On dit que cela permet d’améliorer la symétrie, de lisser les bosses ou de combler les lacunes de l’os. Le Dr Preema Vig, directeur médical de la Dr Preema London Aesthetic Clinic, explique qu’après une consultation visant à déterminer où le produit de comblement sera placé, il est ensuite injecté de manière stratégique dans le nez. “Les zones les plus courantes à injecter sont autour des bosses dorsales (l’arête du nez) pour camoufler, ou dans la pointe du nez pour relever la pointe du nez”, ajoute-t-elle.

L’essor de la rhinoplastie non chirurgicale est le résultat de l’année écoulée, de la pandémie et des appels incessants à Zoom. Surnommé “Zoom face”, nous avons plus que jamais regardé nos apparences non filtrées, et le verrouillage a créé une demande de traitements non chirurgicaux rapides pour améliorer nos traits ou modifier nos défauts, qu’il s’agisse de nos lèvres, de notre nez, de nos rides ou de nos joues. “Il y a eu un énorme intérêt pour les nez en général, qu’il s’agisse de procédures chirurgicales ou non, qui sont le résultat de l’effet Zoom”, convient M. Naveen Cavale, chirurgien plastique et reconstructeur. Selon l’audit 2020 de la British Association of Aesthetic Plastic Surgeons (BAAPS), l’année dernière a vu une baisse de 20 % des rhinoplasties chirurgicales, qu’ils attribuent à la montée en popularité des produits de remplissage et des interventions non chirurgicales sur le nez.

Les rhinoplasties non chirurgicales sont-elles sûres ?

Il est essentiel de confier ce traitement à un professionnel compétent. Le bon choix du produit de comblement est également essentiel. Le Radiesse, par exemple, qui contient de l’hydroxyapatite de calcium, est considéré comme impropre, selon certains rapports. Une étude récente publiée dans JAMA Ophthalmology cite le cas d’une femme d’une quarantaine d’années qui, après avoir subi une rhinoplastie liquide avec Radiesse, a ressenti une douleur aiguë à l’œil gauche qui s’est transformée en une perte soudaine de la vision après le traitement. Malheureusement, il ne s’agit pas d’un incident isolé : une revue publiée dans Dermatologic Surgery en 2015 a identifié plusieurs cas de dommages irréversibles à la vision causés par les produits de comblement.

Le manque de contrôle et de supervision des produits de comblement au Royaume-Uni est un autre motif sérieux d’inquiétude. “Les produits de comblement sont moins réglementés ici que dans d’autres pays européens”, explique le Dr Dai. “Comme les produits de comblement ne sont techniquement pas des médicaments délivrés sur ordonnance au Royaume-Uni, les praticiens qui ne sont pas médicalement qualifiés peuvent également les injecter légalement.” Le Dr Dai affirme que cela pose des risques de sécurité importants, car des praticiens non qualifiés sur le plan médical (qui ne sont pas formés à l’anatomie du nez et aux produits de comblement dermique) effectuent les procédures. M. Cavale ajoute qu’étant donné que les produits de comblement sont classés dans la catégorie des “dispositifs médicaux”, par opposition aux médicaments, ils peuvent être acquis et donc injectés par n’importe qui. Ainsi, non seulement les produits de comblement du nez peuvent être injectés par des professionnels non formés, mais il est peu probable qu’ils soient équipés pour faire face à d’éventuelles complications, car ils n’ont pas la formation ni les connaissances médicales sur les vaisseaux sanguins et l’anatomie.

Author: Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *